Pôle de recherche


Informations pratiques

SECRETARIAT :
Téléphone :
02 32 85 99 33
02 32 85 99 38

Mél : prsh@univ-lehavre.fr

CENTRE DE DOCUMENTATION :
Téléphone : 02.32.85.99.28

ADRESSE POSTALE :
Université Le Havre Normandie
PRSH
25, rue Philippe Lebon
BP 1123
76063 Le Havre cedex
France

Rechercher


Nos tutelles


Accueil > ACTUALITES

Au fil des mots : Peuple et Révolution

par Delphine Levee - publié le

jeudi 23 janvier 2020
17h30
Salle Madeleine de Scudéry au PRSH

Animation Au fil des mots

Présentation de deux ouvrages

Révolution aux éditions Anamosa par Ludivine Bantigny, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Rouen Normandie.

Alors que le mot " révolution " sert à vendre à peu près n’importe quoi et n’importe qui, ce livre fort et joyeux montre comment il a été domestiqué par tous les pouvoirs depuis le xixe siècle et comment, en le prenant de nouveau au sérieux là où il veut dire quelque chose, il est possible de renouer avec la puissance et la promesse imaginatives des processus révolutionnaires.

Le mot " révolution " se prête désormais à tout. Il sert à vendre des yaourts ou des chaussures aussi bien que les idées de campagne, pourtant très libérales, du président Macron. Il est temps de lutter contre ces détournements. Ludivine Bantigny, spécialiste renommée et engagée de l’histoire des luttes contemporaines, et notamment de Mai 68, montre ici combien les révolutions ont été l’objet d’un intense travail de domestication. Les élites du xixe siècle se sont montrées obsédées d’en finir avec elles, d’en dompter les élans et d’en effacer les traces. Celles du xxe siècle, en les célébrant, en les commémorant avec faste, n’ont pas cessé de les apprivoiser au point qu’elles n’inquiètent plus personne. Mais arracher le mot à la langue feutrée du pouvoir, qu’il soit économique ou politique, ne suffit pas. Il faut en retrouver le sens en acte. En prenant pour appui les mouvements de lutte contre le capitalisme, comme ceux du Chiapas, ce livre vigoureux libère avec bonheur la force des espérances, des rencontres et des potentialités que font naître les révolutions.

Peuple aux éditions Anamosa par Déborah Cohen, maître de conférences en Histoire moderne à l’Université Rouen Normandie.

Le mot " peuple " sert aujourd’hui à tout mais n’est plus nulle part. Nombreux sont ceux qui s’en réclament ou bien qui prétendent le défendre contre les populismes. Incisif et décapant, ce livre change la perspective ; il montre la nécessité de réinventer des mobilisations qui se passent à présent du mot et se méfient du mythe.

" Je fais partie du peuple ", " je veux défendre le peuple ", " "les gens’, c’est le peuple " : les dernières élections présidentielles ont vu plusieurs candidats, retrouvant des accents déjà anciens, prendre possession du mot. Certains, dénonçant la montée du populisme, opposent désormais la nécessité de ne pas abandonner le peuple à tous ces détournements. Mais le mot, fétichisé, est sans doute plus trompeur que jamais. S’agit-il de parler d’une entité nationale douée de souveraineté, de décrire une catégorie de femmes et d’hommes formant la " classe populaire " ou de mobiliser, toujours avec un brin de nostalgie, le symbole un peu vite unifié des révoltes venues d’en bas ?
Avec force, Déborah Cohen, en historienne convaincue que les mots ne font pas que désigner le monde mais qu’ils le construisent, pose ici le problème tout autrement. Il n’est plus temps, selon elle, de s’en tenir à reconquérir le mot peuple. Ce qu’il faut c’est se demander ce qui nous manquerait vraiment à l’abandonner. En montrant que les luttes d’aujourd’hui se livrent sans recourir aux mots hérités du passé, elle invite à saisir le peuple, ni mythe ni entité en soi, là où il est, dans les mobilisations qui le font vivre à présent.