Pôle de recherche


Informations pratiques

CONTACT PRIVILÉGIÉ :
Alexandra SEHA
Ingénieure d’études au PRSH
alexandra.seha@univ-lehavre.fr

SECRETARIAT :
Téléphone :
02 32 85 99 40

Mél : prsh@univ-lehavre.fr

ADRESSE POSTALE :
Université Le Havre Normandie
PRSH
25, rue Philippe Lebon
BP 1123
76063 Le Havre cedex
France

Rechercher


Nos tutelles


Accueil > Agenda > Journées d’études

Transconcepts

par Delphine Levee - publié le

Journée d’études soutenue par le PRSH et le réseau TERRA-Humanités Numériques
(http://www.reseau-terra.eu/)
Mardi 6 septembre 2016
Salle de réunion du PRSH
10h-16h30
entrée libre

Manifestation autour de P. Nicolas-Le Strat et de son ouvrage
"Le travail du commun"
éditions du commun, 2016

Avec les interventions de P. Nicolas-Le Strat, A. Le Marchand, J. Valluy et M. Bernardot
animation M. Bernardot
organisation : Marc Bernardot, professeur des Universités en sociologie

extraits de l’ouvrage de P. Nicolas-Le Strat disponibles ici : http://reseau-terra.eu/article1358.html
documents associés à l’ouvrage sur le site des éditions du commun disponibles ici : http://www.editionsducommun.org/le-travail-du-commun-pascal-nicolas-le-strat/

Résumé de l’intervention de Pascal Nicolas-Le Strat, sociologue, professeur en sciences de l’éducation, Université Paris 8, laboratoire Experice. Site personnel : www.le-commun.fr
"Commun(s) au travail"

En traitant les enjeux du commun sous le signe du travail – Le travail du commun – j’avais d’abord pour intention de mettre en valeur la portée processuelle, en fabrication et, donc, au travail des enjeux du commun, avec l’objectif de les articuler aux pratiques dès à présent engagées par de nombreux collectifs (DIY, communauté de pratique, habitat collectif, logiciel libre, co-création, recherche en coopération, occupation...). Quand on parle de commun, qu’est-ce qui est mis effectivement au travail ? ; qu’est-ce qui s’agence, se conçoit, s’expérimente ? ; qu’est-ce qui se met à fonctionner sur le plan organisationnel, politique, intellectuel… ? Je souhaitais interroger « le » commun à cet endroit spécifique : dans l’espace-temps collectif où quelque chose qui est nommé « commun » s’élabore – un commun à l’épreuve des pratiques qui se revendiquent de lui, un commun au risque des idéaux qui se formulent en lui et par lui.
Ce travail du commun ouvre alors trois registres d’action : celui de l’agir en commun (coopération, co-création), celui de l’institution d’un commun (son agencement, sa gouvernemantalité) et celui de la constitution du commun (le mode d’agir démocratique sur la multiplicité et la diversité des communs. Agir le commun).
Si l’on part de l’hypothèse qu’un commun est au travail à l’occasion des luttes contemporaines et de multiples expérimentations (dans l’habitat, la création, l’urbain, le travail paysan, l’architecture, le numérique...), comment cette mise au travail d’un commun s’opère ? Quelles sont les tensions et les contradictions qui émergent ?
Ce commun au travail possède toujours une portée critique. Il est à la fois contributif – du commun se crée, s’agence et se manifeste dans une production – et critique ; la « production » qui s’institue dans les termes du commun se met en tension et en contradiction, possiblement en lutte, vis-à-vis des fonctionnements dominants. Un commun au travail agit en tant que « commun oppositionnel ».
Ce commun au travail ouvre donc trois épreuves démocratiques : celle de l’agir en nombre (micro-politiques de la coopération), celle de l’institution d’un commun (l’administration démocratique d’un commun. Le pouvoir instituant) et, enfin, celle de la constitution du commun (la démocratie du commun. Le pouvoir constituant).
Au final, ce commun (possiblement) au travail, que vient-il déplier / déployer ? Quelles ligne de fuite dessine-t-il ? Quelles lignes institutantes / constituantes ? Quelles lignes de tension ? De composition / recomposition ? Que met-il effectivemnent en mouvement, en fonctionnement ?
« Travail du commun » et « commun au travail » représentent donc avant tout un point de vue de méthode (politique) afin d’éviter de réifier la catégorie (le nouvel eldorato de la transformation sociale), de l’héroïser (sur un mode avant-gardiste) ou, plus sûrement, de la neutraliser (un supplément d’âme pour des politiques publiques en fin de cycle) et de la pacifier (l’abstraire de sa portée critique). Si « commun » laisse espérer une transformation elle se vérifiera (possiblement) dans les pratiques et les luttes, si « commun » réengage des volontés d’emancipation elles se manifesteront (possiblement) dans des expériences et des activités, si « commun » actualise une pensée critique elle se lira (possiblement) dans la densité et l’intensité des agencements collectifs et des modes de subjectivation.
« Commun » transversalise nombre de questions qui se posent aux collectifs militants (sur une ZAD, par exemple) et aux communautés de vie et d’activité . Sur ce terrain du « commun » de nombreuses expériences peuvent alors s’informer / se documenter entre elles, s’éprouver démocratiquement les unes les autres, s’interpeller égalitairement, se former réciproquement – chacune pouvant alors se constituer en « petite école mutuelle » pour toutes les autres. Qu’est-ce qui peut transiter, se latéraliser, se transposer, se traduire, par exemple entre les pratiques démocratiques expérimentées dans le cadre d’une ZAD et les formes démocratiques d’administration d’une coopération ou d’organisation collective d’un lieu de vie ? Quels sont les espaces démocratiques au sein desquels ces multiples façons de « mettre au travail un commun » peuvent se débattre et se contreverser ? En ce sens, le travail du commun suppose bien un travail d’institution (inventer les dispositifs, les protocoles, les agencements… pour administrer et organiser un commun dans sa spécificité) et un travail de constitution (un ordonnancement démocratique du commun favorisant l’interaction entre expériences et leur délibération, y compris leur confrontation car, à n’en pas douter, la constitution du commun devra faire face à des conflits entre communs)."